Accueil > < Accueil


Aider une personne dépendante
La dépendance à l'alcool n'est pas une fatalité.
Les problèmes ne se règlent pas tout seuls. Vous pouvez faire quelque chose.


Menaces ou chantage: cela ne fera que renforcer les défenses de la personne.
La culpabiliser: cela blesse et n'aide pas à surmonter les difficultés.
Se culpabiliser soi-même: c'est le plus souvent injustifié et inefficace.
Supprimer ses moyens financiers: quand on veut se procurer de l'alcool, on y arrive toujours.
S'improviser soignant: laissez les professionnels jouer ce rôle, soyez vous-même, c'est ainsi qu'elle a besoin de vous.
Celle qui boit ne le fait ni par plaisir, ni pour vous faire du mal: elle le fait pour calmer une souffrance, sans avoir trouvé de meilleur moyen de la calmer.
Reconnaissez ses efforts pour réduire ou arrêter sa consommation: même s'ils sont infructueux, il faut lui en parler.
Exprimez vos limites: mais restez crédible.
Pas de menaces de départ ou de sanction: si vous ne devez rien mettre en pratique, évitez d'en faire à tort et à travers.
Soyez solidaire avec elle: ayez une attitude cohérente par rapport à votre propre consommation d'alcool.
Partagez les responsabilités familiales si possible: cela la responsabilisera.
Prenez patience: un problème complexe ne peut se résoudre simplement.
Faites-la aider: parlez-en à votre médecin traitant, conseillez-lui de le rencontrer ou allez le consulter ensemble.
Rencontrez un travailleur social si la situation matérielle, professionnelle ou juridique se dégrade.
Proposez-lui de consulter un centre d'alcoologie et si elle le souhaite, allez-y ensemble.
Conseillez-lui de rencontrer une association d'anciens buveurs pour rencontrer d'autres personnes ayant vécu des difficultés similaires.
Rencontrez une association de proches de buveurs ou d'anciens buveurs: vous y trouverez chaleur et apprendrez à créer un climat favorable à une démarche de soins.
Respectez le secret professionnel auquel il ou elle a droit de la part des soignants.
Arrêter de consommer ne suffit pas: si c'est indispensable, un travail de reconstruction social, psychologique et culturel est nécessaire parallèlement.
Encouragez-la à organiser son temps libre.
Faites-vous aider:
informez-vous afin de mieux comprendre cette maladie. Rencontrez un professionnel dans un centre d'alcoologie ou une consultation hospitalière d'alcoologie.
Vous souffrez aussi et indirectement vous êtes malade à cause de l'alcool: vous soigner vous aidera à avoir une attitude plus constructive.
Protégez-vous de toute violence verbale ou physique: c'est un préalable à toute restauration de dialogue. Les professionnels sont là pour vous aider.

Il faut l'aider quand elle:
Consomme de l'alcool en secret.
Perd la mémoire de ce qui s'est passé lorsqu'elle était soûle.
Utilise l'alcool pour se relaxer ou échapper à ses problèmes.
A des gestes dangereux quand elle est soûle.
Parle souvent de s'éclater, de capoter, etc.
Passe du temps avec des gens qui boivent.
A beaucoup changé récemment,
A des difficultés à la maison, dans son travail, à l'école, etc.
Fait des choses qui font peur ou sont gênantes lorsqu'elle boit.
Vole pour se procurer de l'alcool.
Se fâche et nie son problème si on en parle.

Rappels importants
Une personne dépendante refuse souvent de reconnaître ce qui lui arrive,
Elle peut se fâcher : je reste calme,
Elle peut refuser mon aide : je suis patient,
Je ne peux pas régler ses problèmes, je peux seulement l'aider à trouver des solutions,
Je n'y suis pour rien dans ses souffrances,
Je ne peux pas la guérir, je peux seulement l'accompagner vers la guérison,
Elle a la chance de pouvoir compter sur moi.

Comment lui parler?
Il est possible qu'elle se fâche ou décline l'aide car une personne dépendante refuse souvent de reconnaître ce qui lui arrive.
Pour améliorer le dialogue avec elle,
lire Savoir Parler sans accuser,
Demander à une autre personne en qui elle a confiance de vous aider (parent, enseignant. moniteur, collègue de travail, etc.).
Choisir un moment où elle est sobre.
Lui dire d'abord votre affection.
Lui expliquer en quoi sa consommation d'alcool ou de drogue menace votre relation.
Être franc, ne pas cacher votre peine.
L'informer des endroits où elle peut trouver de l'aide. Lire Se soigner: Avec qui?

Comment l'encourager?
Trouver des occasions de lui montrer votre amitié: une balade en montagne, une sortie en ski ou en roller, une lettre, un poème, un cadeau, etc.
L'écouter quand elle a besoin de parler: elle vit des moments difficiles.
Ces pages peuvent l'aider à réagir:
- Consommation: comment réduire?
- Se soigner: Comment
Elle peut aussi visiter ces rubriques:
- Prendre la bonne décision
- Pressions positives et négatives
- Refuser habilement.

Conseils et Erreurs à éviter
Un conjoint, un enfant, un parent, un ami boit. Que faire? L'entourage est souvent plein de bonne volonté, mais aussi mal informé. Il arrive de commettre des erreurs qui peuvent contribuer au maintien de cette maladie.
Surtout pas ne rien faire: un problème d'alcool peut être quelque chose de grave, il faut donc parler et agir.
N'attendez pas: plus le temps passe, plus il est difficile de résoudre les problèmes et plus l'incompréhension est difficile à surmonter.
N'entretenez pas l'illusion de croire à un autre problème (dépression, fatalité): si vous pensez que l'alcool est à l'origine de ses difficultés, il faut en parler.
Soyez authentique: nommez l'alcool, dites que sa consommation lui crée des problèmes et vous pose des problèmes.
Dites que vous souffrez de cette situation: dites-lui que vous l'aimez, mais que vous ne supportez plus la situation actuelle.
Lui faire des reproches: l'alcoolisme est une maladie. Il ne viendrait à personne l'idée de faire des reproches à quelqu'un de souffrir du diabète ou du cancer.
Evitez de lui faire la morale: quant on boit, on en a généralement conscience, mais les solutions paraissent inaccessibles.
Argumenter quand elle a bu: elle ne se trouve pas dans son état normal et risque de devenir agressive.
Lui dire "Si tu m'aimais tu arrêterais de boire": son problème n'a rien à voir avec l'amour qu'elle vous porte.
Chercher à contrôler sa consommation: cela ne l'empêchera pas de boire, mais la poussera à consommer en cachette. Ne pas faire des marques sur les bouteilles: au jeu de la dissimulation, tout le monde perd.
Laisser exploser votre colère: si vous vous montrez hostile à son égard, vous ne pouvez plus l'aider. Se sentant rejetée, elle boira de plus belle.
Résoudre ses problèmes à sa place: aussi longtemps que c'est le cas et qu'elle se sent protégée, elle ne songe pas à se soigner.
Accepter ses mensonges en espérant éviter un conflit: faites-lui comprendre calmement que vous n'êtes pas dupe.
Croire à ses promesses: elle voudrait, mais est incapable de les tenir. Dites-lui que pour vous convaincre, il faut des actes, non des paroles.
Lui donner des conseils: une personne dépendante est un être dépendant qui se croit indépendant et qui ne supporte pas plus les conseils que les critiques.
Se sacrifier pour l'autre: vous avez le droit de ne pas tout acccepter, de poser des limites, de penser à votre propre bien-être.

Cherchez avec : Google - Yahoo - MSN -