alcoolespace.com


L'Alcool
Origine
L'alcool ou éthanol est l'un des plus anciens produits psychoactifs consommés. Il est obtenu par fermentation de fruits comme la pomme (cidre), le houblon (bière), le raisin (vin) ou par distillation de malt (whisky), de pomme de terre ou de blé (vodka) ou de raisin (cognac).
Le mot Alcool est d'origine arabe. Al-Kohl désigne un fard pour les yeux, à base de poudre de sulfure d'antimoine pulvérisé. Au sens figuré il signifie subtil.

Formule chimique
Il s'agit d'alcool éthylique ou éthanol, identifié sous la formule chimique CH3CH2OH.
On trouve l'éthanol dans des pourcentages variables dans :
- les boissons alcooliques, contenant naturellement de l'alcool : vin, cidre, bière, eaux-de-vie, liqueurs,
- les boissons alcoolisées, où l'alcool est rajouté : alcopops, cocktails, etc.
On parle de degré alcoolique : pourcentage d'alcool pur en volume. Un litre de vin à 12° contient 12% d'alcool pur, soit 120 ml (autant d'alcool pur que dans un flacon de 125 ml d'alcool à 90° vendu en pharmacie).

Effets
Les effets aigus se décomposent en deux phases :
- une phase d'euphorie, de désinhibition et d'excitation,
- suivie d'une phase de sédation et d'endormissement.

Mécanismes d'action
L'éthanol est une molécule de petite taille ; elle se diffuse sans difficulté du tube digestif à l'ensemble des cellules de l'organisme, y compris les alvéoles pulmonaires, ce qui explique la possibilité de doser l'alcool dans l'air expiré (alcootest, éthylomètre). Le foie élimine par différentes voies enzymatiques 90 % de l'alcool circulant dans le sang.
L'alcool se lie avec de nombreux récepteurs biologiques comme les récepteurs à glutamate, GABA, sérotonine, nicotine.
L'alcool, comme les autres produits psychoactifs générateurs de dépendance, est impliqué dans l'augmentation de la libération de dopamine dans le système mésocorticolimbique.
L'alcool agit en partie par l'intermédiaire des endorphines. Les individus appétents (qui sont portés vers cette consommation) semblent avoir des niveaux d'endorphines élevés et ceux qui n'y sont pas prédisposés ont des niveaux faibles. La présence d'alcool dans le sang se mesure par l'alcoolémie.


Dépistage de l'alcool
L'alcool peut être dépisté grâce à des marqueurs biologiques. Les marqueurs le plus souvent utilisés sont, à part l'éthanol, la GGT, la CDT et le VGM.
Ethanol
On peut dépister facilement une consommation récente d'alcool avec la mesure de l'éthanol dans le sang, l'haleine, l'urine, la sueur et la salive. Cependant, cette méthode ne permet pas de distinguer clairement entre une consommation chronique et une consommation aiguë (ivresse ponctuelle).
GGT (gamma-glutamyl-transférase)
Le dosage de la GGT est simple et peu coûteux. Son taux s'élève après quatre semaines de consommation régulière d'au moins 8 boissons alcoolisées standards par jour. Il diminue de moitié vingt-cinq jours après l'arrêt de l'alcool (demi-vie). La fiabilité de la GGT est limitée par plusieurs facteurs : les maladies hépatiques non alcooliques, les médicaments, le diabète, l'obésité etc. peuvent influencer le taux de GGT.
CDT (transferrine décarboxylée)
Le dosage de la CDT est relativement coûteux et n'est pas pratiqué dans tous les laboratoires. On estime qu'une consommation de 6 boissons alcoolisées par jour pendant une semaine augmente le taux de CDT. La demi-vie de la CDT est de l'ordre de six à sept jour, c'est-à-dire qu'il faut une telle période après la dernière consommation jusqu'à ce que la moitié du CDT soit absorbé. Une grossesse, la cirrhose, les hépatites chroniques etc. influencent le taux de CDT.
VGM (volume globulaire moyen)
Un abus d'alcool peut aussi être dépisté avec un volume globulaire élevé (taille des globules rouges). Ce dosage est peu coûteux et faisable dans tout laboratoire clinique. Le VGM reste élevé pendant plusieurs mois après l'arrêt de la consommation. Outre une forte consommation d'alcool, plusieurs facteurs peuvent influencer le VGM : manque de vitamine B12 et d'acide folique, l'anémie, maladies hépatiques, fumer, âge, etc.

Alcool et histoire
La genèse attribue à Noé, la première plantation de vigne. Les consommations d'alcool remontent à l'Antiquité : rituels sacrés, conviviaux ou festifs.
6000 Av JC - Des documents de l'ancienne Babylone révèlent l'existence de la bière qui est utilisée lors de cérémonies religieuses.
3000 Av JC - Ajout du houblon et d'autres plantes dans la fabrication de la bière.
2300 Av JC - En chine, une boisson qui s'apparente à la bière est connue sous le nom de Kiu.
135-51 Av JC - Les Celtes font une bière nommée Alo à base de blé et de miel qui a un haut pourcentage d'alcool. Cette bière serait l'ancêtre des bières Ale.


42 Av JC - Horace décrit les fameux vins de Falerne.
Au Moyen Âge, sous le règne de Charlemagne, la culture des vignobles est faite le long des courts d'eau (Rhin, Loire etc.) pour la facilité du transport.
Le vin est conservé dans des amphores dont l'ouverture est obstruée avec des chiffons enduits de graisse.
820 - Chaque monastère important possède sa propre recette de bière ainsi que sa brasserie.
1000 - Découverte par des alchimistes italiens d'un breuvage fortement alcoolisé qui permet la conversion du vin en brandy.
1100 - En Irlande, apparition d'une bière composée d'avoine et malt d'orge.
1300 - En France, apparition du Cognac.
1500 - En Écosse, apparition de l'Aqua vite (eau de vie), whisky composé de malt d'orge.
1502 - Christophe Colomb, lors de son exploration de l'Amérique centrale, se fait offrir par les indigènes un vin de maïs qui ressemble à la bière anglaise.
17ème siècle - Apparition de la bouteille et du bouchon de liège pour conserver le vin. La conservation étant possible, elle donne naissance véritablement à la fabrication des vins.
1796 - 1808 - Les travaux de Johann Tobias Lowtiz et Nicolas Théodore permettent d'obtenir un alcool libéré d'une partie raisonnable de l'eau qu'il contient.
L'alcool est aussi utilisé comme remède : c'est le seul anesthésique utilisé pendant les campagnes napoléoniennes.
Au 19ème siècle, lors de la révolution industrielle, apparaît la notion d'alcoolisme.
Dans la plupart des pays occidentaux, à des époques variables selon les contextes économiques, politiques et religieux, l'ivrognerie de quelques-uns cède la place à l'alcoolisme de masse.
Les premières mesures de prévention apparaissent à l'école vers la fin du 19è siècle.
De 1919 à 1933 - Période de la prohibition aux États Unis: interdiction légale de fabriquer, de vendre ou consommer de l'alcool. Pendant la prohibition, seuls les médecins pouvaient en prescrire.
Après la première guerre mondiale, le discours évolue : on préconise dès le plus jeune âge l'usage modéré de boissons fermentées, tout en déconseillant les boissons distillées.
Aujourd'hui - La consommation excessive d'alcool et l'alcoolisme frappent de nombreux pays en voie de développement.