Accueil > < Accueil


Dépendant à 20 ans?
Pour un jeune, les problèmes d'alcool et de dépendance semblent lointains. Pourtant, les consommations problématiques peuvent commencer dès 20 ans.
Alcool, tabac, cannabis, médicaments psychoactifs, etc., tous ont une propriété en commun: ils augmentent la quantité de dopamine disponible dans une zone du cerveau, le circuit de récompense. Ces produits dits psychoactifs sollicitent anormalement ce circuit naturel et peuvent engendrer à terme son déséquilibre permanent.
Voir : La Dépendance
et Cerveau et dépendance
.

Pas d'égalité devant l'alcool
Face à la consommation d'alcool, chacun réagit différemment selon sa corpulence, son état de santé physique et psychique, que l'on soit un homme ou une femme, et selon le moment de la consommation.
Pourquoi certaines personnes restent dans une consommation récréative et contrôlée, alors que d'autres passent à une consommation répétée, excessive et incontrôlée?
Quelques explications
- une vulnérabilité physique (certains ont une sécrétion d'hormones plus élevée que la moyenne, ce qui peut accélérer leur processus de dépendance),
- une fragilité due à des situations d'anxiété ou de stress, un chagrin, un mal être,
- l'influence du comportement que nos proches ont avec l'alcool (consommation raisonnable ou excessive),
- combiner la consommation d'alcool avec d'autres substances (médicaments, drogues).


    Soif de vie... ou d'alcool?
    Jeunesse et expériences: beaucoup se joue avant 20 ans. Premier amour, première cigarette, première ivresse, première relation sexuelle: l'adolescence est le temps des expériences. Ces recherches, ces hésitations, ces essais, sont souvent délicats à vivre. Ils entraînent des comportements parfois excessifs, provocateurs, bruyants ou silencieux. Pour les adultes aussi, cette période est importante: ils doivent à la fois épauler, encourager et valoriser le jeune.
    Et le mettre en garde contre les dangers qu'il encourt!

    Alcool-Fête
    ou Alcool-Détresse?
    L'alcool fait partie de la vie. Il est présent partout: fêtes, détente, loisirs, matchs, lors des disputes et des réconciliations, avant et après les repas, lorsque nous sommes angoissés ou que nous avons du chagrin et bien sûr, lorsque tout va bien.
    Le jeune vit dans cette ambiance, voit la publicité. C'est spontanément qu'il a recours aux effets psychotropes de l'alcool: amélioration de la confiance en soi, meilleure communication, ivresse, «défonce». Pour lui, Fête, Plaisir et Détresse se conjuguent avec alcool.
    Alcool-Fête
    Les loisirs entre amis sont le principal comportement social. L'alcool est symbole de fête. Il fait partie de notre héritage culturel.
    Alcool-Détresse
    L'adolescence est un chemin délicat pour entrer dans la vie d'adulte. Il est parfois semé d'embûches. De plus, notre époque vit de grandes préoccupations. Tout cela entraîne des questions et des malaises. Comme on ne trouve pas forcément de solutions immédiates, il est tentant de fuir ces difficultés passagères ou plus profondes dans l'alcool.


    Deux images saisissantes:

    Activité neuronale d'un jeune de 15 ans non buveur à gauche et buveur à droite.
    Sous l'emprise de l'alcool (à droite), le cerveau du jeune n'est pas en mesure de réfléchir normalement, encore moins de faire preuve de jugement (idem chez les adultes).
    New York Times: Grim Neurology of Teenage Drinking

    User sans dommage
    Lorsqu'on boit de l'alcool, plus on dépasse les limites indiquées (augmentation des quantités et fréquences de consommation), plus le risque est important.
    Ne pas consommer: pendant l'enfance et la préadolescence, pendant une grossesse, lorsqu'on conduit un véhicule ou une machine dangereuse, quand on exerce des responsabilités qui nécessitent de la vigilance, quand on prend certains médicaments, du cannabis ou autres (un seul verre peut avoir des conséquences néfastes immédiates).
    Consommations régulières
    - Femme: pas plus de 2 verres standard/jour,
    - Femmes enceintes : voir ici,
    - Homme: pas plus de 3 verres standard/jour,
    - Au moins un jour par semaine sans aucune boisson alcoolisée pour les femmes et les hommes.
    Consommations occasionnelles
    Pas plus de 4 verres standard en une seule occasion sur 3 ou 4 heures, (accompagnés d'un repas et intercallés par des boissons sans alcool).

    Cherchez avec : Google - Yahoo - MSN -