Accueil >  Alcool Espace < Accueil
Parents


Influence des préjugés sur l'alcool
Les préjugés et les fausses idées sur l'alcool font partie du problème de consommation des jeunes.




Ce sont les adultes qui transmettent, souvent inconsciemment, des attitudes et des comportement à leurs enfants qui les adoptent. Il faut donc être particulièrement attentif à ce qu'on dit et à la façon dont on se comporte vis à vis de l'alcool.

«L'alcool, ce n'est pas une drogue»
L'alcool est rarement considéré comme une drogue, surtout parce qu'il est légal et fait partie des rituels religieux et sociaux d'un grand nombre de pays. Pourtant, l'alcool est une drogue et l'abus d'alcool constitue l'un des problèmes les plus sérieux de la société d'aujourd'hui.
Dans les catégories de drogues, l'alcool se classe dans les produits psychoactifs parmi les dépresseurs. Il détend, endort et bloque les messages allant au cerveau tout en modifiant les perceptions (la vision et l'ouïe), le jugement, les émotions et la coordination.
Lorsqu'il est consommé avec d'autres produits psychotropes (médicaments, cannabis, drogues de sythèse, etc.) l'alccol peut entraîner des états physiques et des actes incontrôlables. Nombreux faits divers en témoignent.

«L'alcool est une drogue douce pas dangereuse»
La consommation d'alcool chez les jeunes provoque une baisse du rendement scolaire, peut entraîner des problèmes avec la société et avec la famille, peut causer chez la personne concernée des états d'anxiété et de stress. Une surconsommation d'alcool peut provoquer un coma. Une grande consommation d'alcool empêche le cerveau de contrôler la respiration, ce qui peut causer la mort.
Voir : Symptômes d'intoxication par l'alcool
«Il n'y a aucun danger à donner un verre d'alcool à un enfant de temps en temps à la maison»
Statistiquement, si les parents donnent de l'alcool à leur jeune enfant, les chances qu'il ait des problèmes d'alcool vont tripler.

«Peu importe ce qu'on aux jeunes, ils vont boire de toute façon»
À l'adolescence, le jeune apprend à devenir autonome. Il prend donc graduellement ses distances par rapport à ses relations familiales, tout en essayant de percevoir des points de repère qui lui permettront de devenir un adulte. Les adolescents apprennent à devenir adultes en voyant agir et réagir leurs parents. Si ces derniers sont fatalistes ou ne les mettent pas en garde, les jeunes ne percevront pas les dangers de l'alcool et risquent d'en abuser.
Il ne faut donc jamais baisser les bras car les jeunes prennent cela comme une autorisation tacite.

«Un jeune peut boire de l'alcool tant qu'il ne conduit pas»
Cette idée transmet un message dangereux aux jeunes. Quand les parents laissent leur enfant boire, quelle que soit la raison, des études démontrent qu'ils sont plus portés à conduire en état d'ivresse ou à monter en voiture avec un chauffeur sous l'influence de l'alcool.
Voir : Passer des accords en famille

«Les jeunes ne peuvent pas devenir alcooliques»
Les jeunes sont plus vulnérables face aux dangers et aux effets physiques et psychologiques de l'alcool, comparativement aux adultes.
Les adolescents deviennent dépendants de l'alcool plus vite que les adultes. La drogue attaque l'organisme d'un adolescent beaucoup plus rapidement que celui d'un adulte. De fait, plus le sujet est jeune, plus vite se crée l'accoutumance puis la dépendance.

«La bière et le vin ne sont pas dangereux pour les jeunes. Ce sont seulement les boissons fortes qui causent des problèmes»
Le type d'alcool consommé «bière, vin ou spiritueux (fort)» n'a pas d'importance, c'est plutôt la quantité d'alcool contenue dans le verre qui peut vous affecter. Voir : Correspondance entre boissons


Prévenir la consommation d'alcool
Les parents jouent un rôle important dans la prévention, que ce soit par le dialogue avec leurs enfants et par leur propre comportement.





Ados:
comment leur parler d'alcool...
sans les saouler...?
Voir la brochure


Jeunes et Alcool

Influence des préjugés
Consommation: prévenir
Consommation: signes
Consommation: agir

Jeunes et Parents
L'adolescence
L'hostilité des ados

Améliorer les relations
Améliorer le dialogue
Parler sans l'accuser
Accords en famille
Rôle des liens familiaux
Thérapie pour enfants

Aider un Jeune à :
Devenir indépendant
Savoir décider
Résister aux pressions
Refuser habilement


Aider les enfants à mieux gérer leur relation face à l'alcool
et leur consommation en
15 points

1
Expliquez-lui assez tôt, vers l'âge de 9 ou 10 ans, quels sont les effets (à court et à long terme) et les dangers de l'alcool qui est la drogue la plus consommée. De cette façon, il sera plus facile de discuter au sujet de l'alcool lorsque votre enfant grandira. Si vous ne connaissez pas les effets, renseignez-vous. Il faut que le parent soit sûr de ce qu'il affirme pour que l'enfant puisse le croire sur parole. Discutez des raisons qui mènent à la consommation d'alcool. Répétez le message lorsque vient une situation appropriée.
Voir :Comprendre l'adolescent
2 >  Il est important que vous soyez informé sur l'alcool avant d'en parler avec votre enfant. En plus des effets de l'alcool sur la personne, il est bon de connaître les raisons pour lesquelles les jeunes consomment de l'alcool, les sortes d'alcool qu'ils consomment, comment ils les consomment et dans quels endroits.
Voir : Soif de vie... ou d'alcool ?
3Voici quelques bons sujets à discuter en ce qui concerne l'alcool : l'alcool au volant, la consommation d'alcool lors des fêtes, le mélange d'alcool à d'autres drogues.
Voir : la polyconsommation
4Écoutez attentivement ce qu'il a à dire à propos de l'alcool, de la consommation qu'il voit autour de lui, de la pression qu'il ressent.
Voir : Prendre la bonne décision
5Démontrez-lui votre compréhension des difficultés qu'il peut ressentir face à la pression des leaders parmi ses amis.
Voir : Distinguer les pressions positives et les négatives
6Faites savoir à votre enfant que vous êtes au courant des activités qui se passent entre jeunes, où il y a consommation d'alcool et pourquoi ils consomment de l'alcool : par exemple, pour faire comme les autres, pour se faire accepter dans un groupe, pour montrer qu'ils deviennent des adultes. Faites comprendre à votre enfant pourquoi il serait mieux de ne pas participer à ces activités.
Voir : Passer des accord avec lui
7Mettez votre enfant face à des situations impliquant l'alcool, des situations qu'il pourrait très bien rencontrer. Ensemble, choisissez des façons de réagir face à ces situations. Il saura donc comment réagir si cette situation se présente. Exemples de situations :
- Ne pas se faire reconduire à la maison par quelqu'un qui a consommé de l'alcool (un ami ou un voisin chez qui on a gardé son enfant et qui revient d'une fête arrosée).
- Comment répondre à quelqu'un qui lui demande de consommer ?
Voir : L'aider à refuser habilement
8Discutez et interprétez les différentes publicités concernant l'alcool, les annonces publicitaires à la télévision, dans les revues, l'alcool relié aux événements sportifs, émissions et films. Faites-lui voir ce qui est manipulateur dans ces publicités.
9Faites part à votre enfant du danger de l'alcool au volant. Montrez-lui l'exemple en ne conduisant pas après avoir pris de l'alcool. Incitez-le à décourager les gens qui veulent conduire en état d'ébriété.
10N'impliquez pas votre enfant dans vos habitudes de consommation en lui demandant, par exemple, de vous préparer une consommation ou d'aller vous chercher une bière (idem pour le tabac).
11Faites preuve de cohérence entre ce que vous dites et votre comportement réel :
- Si vous buvez, buvez de façon responsable et avec modération.
- Si vous buvez, ne conduisez pas.
- Ne mélangez pas l'alcool avec des médicaments.
12Évitez de consommer de l'alcool dans le but de réduire le stress. Pensez plutôt à marcher, prendre un bain, parler avec quelqu'un en qui vous avez confiance, faire de l'activité physique, regarder une émission à la télévision, lire un livre, écouter de la musique, aller faire les puces ou les soldes.
13Préoccupez-vous de votre santé en prenant de saines habitudes de vie (nourriture, sommeil, activités physiques). Même si votre enfant ne semble pas l'admettre et affirme le contraire, vous êtes son modèle numéro un. Vous devez prendre l'initiative de vous défaire vous-même de certaines mauvaises habitudes : par exemple boire trop de café, fumer des cigarettes, consommer de l'alcool régulièrement.
14Servez également des boissons sans alcool lorsque vous recevez des invités.
15Après une soirée organisée à la maison, assurez-vous que les invités repartent en sécurité. Après tout, légalement, vous êtes responsable des blessures causées ou subies par les invités dans votre résidence.

Cherchez avec : Google - Yahoo - MSN -