Accueil > < Accueil


Rechute: phases aiguës

Pendant cette phase, la personne traverse des périodes où elle est complètement incapable de fonctionner normalement. Ses périodes sont de plus en plus fréquentes, durent de plus en plus longtemps et engendrent de graves problèmes dans tous les domaines de sa vie. EIle peut boire ou se droguer, et peut devenir non fonctionnelle.
Symptômes les plus courants à ce stade:

Perte de contrôle de son comportement
Elle a de plus en plus de difficultés à contrôler ses pensées, ses émotions, ses jugements et ses comportements. Ses pertes progressives de contrôle la rendent inapte. Sa santé et son bien-être en sont affectés. Peu importe les efforts qu'elle déploie pour reprendre sa vie en main, cela lui semble impossible.
Le cycle de rechute aboutit à une crise grave qui la rend totalement incapable de fonctionner pendant une certaine période de temps, pour l'une ou l'autre des raisons suivantes :
Détérioration de tes domaines de sa vie
La personne peut devenir incapable de fonctionner dans son travail, sa vie sociale, sa vie familiale et sa vie intime. Par conséquent, tous les domaines de sa vie subissent le contrecoup de la négligence.
Consommation d'alcool ou de drogues
Dans le but d'échapper à la douleur ou au désespoir, la personne pourra essayer de contrôler sa consommation soit en limitant la quantité qu'il boit ou encore "en faisant la bombe" pendant une courte période de temps. EIle perd rapidement le contrôle de sa consommation d'alcool. Cela se produit quelquefois très rapidement, ou peut survenir après une période de consommation contrôlée. La personne revient à une consommation incontrôlée et éprouve les symptômes qu'elle avait éprouvés lors de sa dernière période de consommation.
Effondrement émotif
La personne devient incapable de fonctionner émotivement. Elle peut réagir excessivement ou peut devenir émotivement figée, pleurer ou se mettre dans une violente colère sans aucune raison particulière.
Épuisement physique
La personne peut devenir incapable de fonctionner en raison de son épuisement physique.
Maladie reliée au stress
La personne peut tomber malade par suite du stress intense subi pendant une longue période de temps.
Maladie psychiatrique
La personne peut développer des maladies mentales comme la psychose, l'anxiété grave ou une dépression profonde. Les maladies mentales peuvent être à ce point graves qu'elles l'obligent à se faire traiter.
Suicide
La personne peut devenir suicidaire, tenter de suicider ou effectivement se suicider.
Prédisposition aux accidents
La personne peut devenir négligente et incapable de prendre les précautions normales dans sa vie, ce qui provoque une série d'accidents.
Perturbation des structures sociales
La personne peut être incapable de participer aux activités normales de la vie et peut devenir incapable de fonctionner en société.


Se préserver de la rechute: surveiller 17 points


La rechute est une crise qui place la personne devant sa perte de liberté vis à vis de l'alcool (liberté physique et/ou psychique). Cela l'amène à mieux comprendre comment les différentes interactions qu'elle a construit avec son milieu familial ou professionnel ont pu la conduire à avoir recours de façon excessive à l'alcool. Voir La biochimie du cerveau chez le malade alcoolique.
La rechute donne de la valeur au phénomène de la dépendance. Elle permet une prise de conscience plus fine des forces et des faiblesses en jeu dans le processus du changement. Cette prise de conscience nécessite une période d'abstinence. Cette période sera mise à profit pour favoriser une réflexion sur les liens que la personne a construit avec l'alcool et pour surveiller certains points, notamment:

1 L' épuisement
Se laisser devenir très fatigué ou en mauvaise santé. Certains alcooliques sont aussi enclins à être dépendants du travail; peut-être pour s'empresser à en faire plus pour compenser le temps perdu. Une bonne santé et assez de repos sont importants. Si vous vous sentez bien, vous êtes plus aptes à bien penser. Si vous ne vous sentez pas tellement bien, votre capacité de penser se détériore. Si vous vous sentez vraiment mal, vous pourriez commencer à penser qu'avec un "verre", ça ne serait pas pire.
2 La malhonnêteté
Cela commence avec un "pattern" de petits mensonges inutiles et des tromperies envers les collègues de travail, les amis et la famille. Alors, viennent les mensonges importants envers vous-même. On appelle ça "rationaliser", trouver des excuses pour ne pas faire ce que vous ne voulez pas faire, ou pour faire ce que vous savez que vous ne devriez pas faire.
3 L'impatience
Les choses n'arrivent pas assez vite. Ou, les autres ne font pas ce qu'ils devraient ou ce que vous voulez qu'ils fassent.
4 L'argumentation
Argumenter sur des points de vue simples et ridicules indique un besoin de toujours avoir raison.
- Pourquoi ne pas te faire une raison et être d'accord avec moi?
Chercher une excuse pour boire.
5 La dépression
Un désespoir inexplicable et déraisonnable peut survenir par cycles et devrait être traité en en parlant avec quelqu'un.
6 La frustration
Envers les autres et aussi parce que les choses ne vont pas à votre goût. Souvenez-vous: tout ne peut pas toujours fonctionner comme vous le voulez.
7 L' apitoiement
- Pourquoi ces choses m'arrivent à MOI?"
- Pourquoi suis-JE alcoolique?
- Personne n'apprécie ce que JE fais pour eux.

8 Être trop sûr de soi
C'est réussi: vous n'avez plus peur de l'alcoolisme! Vous pouvez aller dans des situations où il y a de l'alcool pour montrer aux autres que vous n'avez pas de problème. Faites cela souvent et votre défense s'affaiblira.


9 La suffisance
- Boire n'était pas une obsession pour moi.
- Ne pas boire n'est pas dans ma pensée non plus.
C'est dangereux de laisser tomber son mode de vie, parce que tout va bien. Toujours avoir une petite crainte est une bonne chose. Plus de rechutes surviennent quand les choses vont bien que le contraire.
10 Trop attendre des autres
- J'ai changé, pourquoi pas les autres?
C
'est un "plus" s'ils changent, mais c'est toujours votre problème même s'ils ne changent pas. Ils peuvent ne pas croire encore en vous, vouloir davantage de preuves. Vous ne pouvez pas vous attendre à voir les autres changer leur style de vie juste parce que vous l'avez fait.
11 Laisser tomber son mode de vie
Cela peut mener à la suffisance ou l'ennui. Vous ne pouvez pas vous permettre d'être tanné de votre programme. Le coût d'une rechute est toujours trop grand.
12 Usage de produits modifiant l'humeur
Vous pouvez ressentir le besoin de soulager les choses avec une pilule et, votre médecin peut être en accord avec vous. Vous pouvez ne jamais avoir eu de problème avec les produits chimiques autres que l'alcool, mais vous pourrez facilement perdre votre sobriété en commençant cet usage. (Probablement la façon la plus subtile de rechuter). Rappelez-vous que vous tricherez! Le contraire est aussi vrai pour une personne dépendante des médicaments et qui commence à boire.
13 Trop en vouloir
Ne vous fixez pas de buts que vous ne pouvez pas atteindre avec un effort normal. Ne vous attendez pas à trop. C'est toujours merveilleux quand des bonnes choses vous arrivent quand vous ne vous y attendez pas. Vous obtiendrez ce qui vous est dû en autant que vous faites de votre mieux, mais peut-être pas aussi vite que vous le voudriez. Le bonheur n'est pas d'avoir ce que vous voulez mais de vouloir ce que vous avez.
14 Oublier la gratitude
Vous pouvez regarder votre vie de façon négative, vous concentrer sur des problèmes pas encore réglés. Personne ne veut être parfait mais c'est bon de se rappeler où vous étiez et combien votre vie est meilleure maintenant.
15 "Ça ne peut pas m'arriver!"
C'est une pensée dangereuse. Presque n'importe quoi peut vous arriver si vous ne faites pas attention. Rappelez-vous que vous avez une maladie progressive et les choses seront pires si vous rechutez.
16 L'omnipotence ou le Pouvoir Absolu
C'est une sensation qui résulte d'une combinaison de plusieurs symptômes mentionnés ci-haut: Vous avez toutes les réponses pour vous-même, personne ne peut vous dire quoi faire, vous ignorez les suggestions des autres. La rechute est probablement imminente à moins qu'un changement drastique n'ait lieu.
17 Le déni de la pathologie
Le déni de la pathologie est à l'origine de nombreuses rechutes. La pathologie formant un tout avec la personne dépendante, celle-ci a de la peine à faire la différence entre ce qui est de sa personnalité et de ce qui est de sa pathologie.

Cherchez avec : Google - Yahoo - MSN -